Étude diagnostique du lac Long

Le lac Long, situé dans le bassin versant du fleuve Saint-Jean (région administrative du Bas-Saint-Laurent-MRC du Témiscouata), est un important lac de villégiature, très prisé par les pêcheurs, notamment pour les touladis. À l’exception de l’entreprise Glendyne, plus importante ardoisière exploitée en Amérique du nord, le bassin versant du lac Long abrite peu d’activités humaines. Bien que la densité de la population y soit relativement faible (près de 200 résidences riveraines et quelques dizaines de résidences non riveraines), le lac Long semble présenter certains signes de dégradation.

Bassin versant du fleuve Saint-Jean

Bassin versant du fleuve Saint-Jean

En effet, depuis quelques années, les usagers du lac (riverains, pêcheurs, etc.) signalent une présence importante d’algues et plantes aquatiques en eau peu profonde et de zones d’accumulation de sédiments, notamment à l’embouchure du tributaire principal du lac, la rivière du Huit, ainsi qu’une baisse dans la capture des poissons. Par ailleurs, en août 2008, un fort épisode pluvieux dans la région a provoqué d’importantes crues dans la plupart des tributaires du lac. Ces crues ont engendré des dégâts importants et ont entraîné la rupture complète de nombreux barrages de castors, ainsi qu’une forte érosion des berges, engendrant ainsi un apport massif de sédiments et d’éléments nutritifs dans le lac Long.

C’est pourquoi l’OBV du Fleuve Saint-Jean a mandaté l’OBV Duplessis pour l’élaboration d’une étude diagnostique du lac. Le mandat consistait en la réalisation d’une campagne d’échantillonnage ainsi qu’une analyse des données récoltées, en vue de dresser un portrait de la qualité physico-chimique du lac, d’améliorer la compréhension de son fonctionnement et de cerner son état trophique.