Dénombrement des populations d’espèces anadromes de la rivière Matamec

En bref

Années d’exécution
2020, 2021, 2022
Type de projet
Acquisition de connaissances
Territoire ciblé
Sept-Rivières
Statut du projet
En cours

Liens avec le Plan directeur de l’eau

Enjeux abordés

Écosystèmes

Problématiques abordées

L'altération ou la perte d'habitats fauniques

Contexte

De par son caractère naturel peu perturbé, la réserve écologique de la Matamec représente un lieu de refuge pour la faune et la flore caractéristiques de la Côte-Nord. Cette réserve écologique est la seule au Québec à sauvegarder l’habitat du saumon atlantique. La passe migratoire située à la première chute de la rivière fut originalement construite par une station scientifique basée à l’embouchure de la rivière et qui fut en fonction de 1916-1984. Durant cette période plusieurs recherches ont été menées sur la rivière et son bassin versant. La passe migratoire à saumons, construite en 1975, permettait aux poissons de remonter la chute plus facilement, tout en les dénombrant. À la suite de la fermeture de la station scientifique, la passe migratoire fut laissée à l’abandon. Les derniers travaux de recherche, gérés par le ministère des Pêches et Océans, ont pris fin en 1996. Depuis 35 ans, il n’existe plus aucune information quant aux populations de saumons qui remontent la rivière.

Premières chutes de la rivière Matamec – (C) OBV Duplessis, 2021

Objectifs

Compte tenu du manque de données scientifiques sur les populations des espèces anadromes de la rivière Matamec, le Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MELCC) a mandaté l’OBV Duplessis en 2020 de développer une méthode de suivi de la montaison des ces poissons.

Activités

En 2021, un système de piégeage à été conçu et mis en place au sein de la passe migratoire. Plusieurs tests ont été menés afin de valider le système. À la suite des résultats positifs de 2021, un suivi plus élargi sera conduit en 2022, des mois de juin à septembre. Si les résultats sont encourageants, il est prévu de poursuivre le suivi les années suivantes.

La passe migratoire de la rivière Matamec – (C) OBV Duplessis, 2020

Techniques utilisées

Pour permettre aux techniciens d’effectuer le décompte des poissons, il est nécessaire de bloquer leur remontée. Pour ce faire, une grille barrière est placée en permanence dans l’échancrure amont d’un des bassins de la passe migratoire. Le poisson qui remonte la passe ne peut donc pas remonter plus haut que ce bassin. Une fois par heure, une seconde grille barrière est placée dans l’échancrure inférieure à la première grille barrière afin d’empêcher les poissons bloqués de s’enfuir en aval. À ce moment, il est possible de compter les poissons à l’aide soit d’un Aquascope ou directement sous l’eau, avec un masque de plongée. Cela a l’avantage de ne pas manipuler le poisson, réduisant ainsi le risque de stress. Pour faciliter la visibilité subaquatique, un plancher blanc a été déposé dans le fond de l’eau. Une fois que l’espèce et la taille de chaque poisson ont étés notées, la grille barrière amont est soulevée pour permettre à tous les individus capturés de continuer leur migration vers l’amont de la rivière. Finalement, lorsque tous les individus sont partis, la grille amont est replacée et la grille aval retirée.

Aquascope
Grille-barrière
Masque de plongée
previous arrow
next arrow