Dénombrement des populations d’espèces anadromes de la rivière Matamec

En bref

Années d’exécution
2020, 2021, 2022
Type de projet
Acquisition de connaissances
Territoire ciblé
Sept-Rivières
Statut du projet
En cours

Liens avec le Plan directeur de l’eau

Enjeux abordés
Écosystèmes
Problématiques abordées
L'altération ou la perte d'habitats fauniques

Contexte

De par son caractère naturel peu perturbé, la réserve écologique de la Matamec représente un lieu de refuge pour la faune et la flore caractéristiques de la Côte-Nord. Cette réserve écologique est la seule au Québec à sauvegarder l’habitat du saumon atlantique. La passe migratoire située à la première chute de la rivière fut originalement construite par une station scientifique basée à l’embouchure de la rivière et qui fut en fonction de 1916-1984. Durant cette période plusieurs recherches ont été menées sur la rivière et son bassin versant. La passe migratoire à saumons, construite en 1975, permettait aux poissons de remonter la chute plus facilement, tout en les dénombrant. À la suite de la fermeture de la station scientifique, la passe migratoire fut laissée à l’abandon. Les derniers travaux de recherche, gérés par le ministère des Pêches et Océans, ont pris fin en 1996. Depuis 35 ans, il n’existe plus aucune information quant aux populations de saumons qui remontent la rivière.

Premières chutes de la rivière Matamec – (C) OBV Duplessis, 2021

Objectifs

Compte tenu du manque de données scientifiques sur les populations des espèces anadromes de la rivière Matamec, l’OBV Duplessis, avec l’appui du Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MELCC),  a développé une méthode de suivi de la montaison de ces poissons.

Activités

Phase 1 – conception et mise en place du système de piégeage

En 2021, un système de piégeage à été conçu et mis en place au sein de la passe migratoire. Adaptée à l’installation déjà présente, la structure consiste en deux grilles-barrières cernant une cellule de la passe, surplombées de passerelles de grillage permettant une utilisation sécuritaire du système. Compte tenu du fond foncé de la passe et de l’opacité de l’eau de la rivière, un plancher blanc a été posé au fond de l’eau pour faciliter la visibilité subaquatique.

Plusieurs tests ont été menés afin de valider le système. La technique retenue consistait à retirer et replacer les grilles-barrières à intervalles régulières, question de pouvoir compter l’ensemble des poissons transitant par la passe. Ces derniers sont observés directement dans l’eau, en utilisant soit un Aquascope soit un masque de plongée. Cela a l’avantage de ne pas manipuler le poisson, réduisant ainsi le risque de stress. Une fois l’ensemble des poissons comptés, identifiés et mesurés, ils sont relâchés vers l’amont de passe, leur permettant de continuer leur migration vers l’amont. 

Aquascope
Grille-barrière
Masque de plongée
previous arrow
next arrow
 

Phase 2 – suivi des montaisons

Comme les tests du système de piégeage furent concluants, l’OBV Duplessis a procédé avec le suivi des montaisons pour l’année 2022.

Comme la rivière Matamec subit d’importantes crues printanières, pouvant apporter des débris ligneux susceptibles d’endommager le piège, la structure amovible a été retirée à la fin des tests de 2021. La première étape du projet était donc le nettoyage de la passe et l’installation du système de piégeage, action qui a eu lieu le 14 juin.

Ceci étant fait, deux techniciens ont assurés le suivi des montaisons sur 11 semaines, soit de la mi-juin au début du mois de septembre. Ils étaient généralement présents en journée seulement, mais trois périodes de suivi sur 24 heures ont aussi étés réalisées. Une manipulation supplémentaire a été ajoutée au protocole de suivi pour réduire le stress des poissons: la mesure horaire de la température de l’eau. À plus long terme, un capteur de température de type Hobo a également été installé dans la passe, permettant la collecte de données constante de ce paramètre. 

En général, peu de poissons anadromes (saumons de l’Atlantique, ombles de fontaine et autres salmonidés) ont été repérés à utiliser la passe migratoire. Elle était cependant plus fréquentée par des anguilles d’Amérique juvéniles, poisson suivi dans un autre de nos projets estivaux de 2022.

L'installation du piège
Observation de poissons
Saumon dans la passe migratoire sur la rivière Matamec - 2022
previous arrow
next arrow