Suivi de la montaison des espèces migratrices dans la passe migratoire de la rivière Matamec

En bref

Années d’exécution
2022, 2021
Type de projet
Acquisition de connaissances
Territoire ciblé
Sept-Rivières
Statut du projet
Terminé

Liens avec le Plan directeur de l’eau

Enjeux abordés
Écosystèmes, Culturalité
Problématiques abordées
L'altération ou la perte d'habitats fauniques

Contexte

De par son caractère naturel peu perturbé, la réserve écologique de la Matamec représente un lieu de refuge pour la faune et la flore caractéristiques de la Côte-Nord. Cette réserve écologique est la seule au Québec à sauvegarder l’habitat du saumon atlantique.

Des travaux de recherche ont été faits sur la rivière Matamec et son bassin versant entre 1916-1984. La passe migratoire, construite par la station de recherche en 1975, permettait aux poissons de remonter la chute plus facilement et de réaliser un suivi scientifique des montaisons. À la suite de la fermeture de la station en 1984, la passe migratoire fut laissée à l’abandon. Les derniers travaux de recherche, gérés par le ministère des Pêches et Océans, ont pris fin en 1996. Depuis 35 ans, il n’existe plus aucune information quant aux populations de saumons qui remontent la rivière.

Premières chutes de la rivière Matamec – © OBV Duplessis, 2021

Objectifs

En raison d’un manque de connaissances scientifiques depuis plus de 35 ans sur les populations des espèces ichtyennes migratrices de la rivière Matamec, l’OBV Duplessis, avec l’appui du Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MELCC),  a développé une méthode de suivi de la montaison de ces poissons.

Le projet s’est déclinée en deux phases, selon deux objectifs spécifiques :
1. Installer un système de piégeage dans la passe migratoire et développement d’un protocole de comptage en 2021 (phase I)
2. Réaliser un suivi de la montaison dans la passe migratoire des espèces anadromes en 2022 (phase II).

Activités

Phase 1 – Conception et mise en place du système de piégeage

En 2021, un système de piégeage a été conçu et mis en place au sein de la passe migratoire. Le système de piégeage a été conçu pour être opéré de manière manuelle, par des techniciens sur place. Le système comprend à la fois des infrastructures pour piéger le poisson et des infrastructures pour assurer la sécurité des opérations.

Six journées de suivi ont été réalisées afin de tester et valider le système de piégeage (16, 17, 21, 22, 23 et 24 septembre 2021), et de développer un protocole de suivi estival pour 2022. Ces tests ont permis à l’équipe de l’OBV Duplessis de se familiariser avec le système de piégeage et les manipulations à effectuer en vue du suivi de 2022

Aquascope
Grille-barrière
Masque de plongée
previous arrow
next arrow
 

Phase 2 – Suivi des montaisons

Le suivi s’est déroulé sur 11 semaines, du 16 juin au 1er septembre 2022, du lundi au vendredi à raison de 8 heures par jour. Trois journées complètes de suivi (24h) ont également été effectuées les 13-14 juillet, 3-4 août et 15-16 août.

Le décompte des captures a été réalisé à intervalle d’une heure maximum. Pour ce faire, la grille barrière aval est abaissée pour empêcher les poissons de sortir du piège. La température de l’eau est également mesurée afin de s’assurer qu’elle est inférieure à 22°C pour limiter le stress des poissons pris dans le piège. L’un des 2 techniciens entre dans le piège et réalise les observations avec un aquascope ou un masque de plongée adapté pour les eaux sombres. À noter que la grande majorité des observations a été effectuée avec l’aquascope car il permet d’observer plus aisément les poissons. Durant la période d’observation de cinq minutes, le technicien dénombre et identifie les individus dans le piège, et estime leur taille à l’aide d’une règle à mesurer. Le second technicien prend en note toutes les observations.

Lors de cette phase 2, l’OBV Duplessis a élaboré un sondage à destination des visiteurs du site. Ce sondage, utilisé par les techniciens lors de rencontres avec des visiteurs, avait pour objet de sensibiliser les citoyens sur le rôle d’une Réserve écologique et de les interroger sur leurs connaissances relatives au site.

L'installation du piège
Observation de poissons
Saumon dans la passe migratoire sur la rivière Matamec - 2022
previous arrow
next arrow
 

 

Résultats

Phase 1 – Conception et mise en place du système de piégeage

Durant six journées tests et sur neuf heures de temps d’observation moyen par jour, sept observations de poisson ont été faites dont :
– 4 observations d’omble de fontaine,
– 3 observations d’anguilles d’Amérique

Deux observations faites d’une anguille d’Amérique le 23 septembre à une heure d’intervalle sont certainement celles du même individu. La taille générale des poissons observés dans le piège est relativement petite, entre 5 et 20 cm. Aucune observation de saumon atlantique n’a été faite.

Phase 2 – Suivi des montaisons

Sur l’ensemble du suivi, du 16 juin au 1er septembre 2022, 3 espèces ont été observées en train d’utiliser la passe, soit le saumon de l’Atlantique (Salmo salar), l’omble de fontaine (Salmo fontinalis), et l’anguille d’Amérique (Anguilla rostrata). Un autre individu a été observé mais n’a pu être identifié à l’espèce.

Au total, ce sont 1 645 observations de poissons qui ont été faites, soit :
– 1 558 observations d’anguilles d’Amérique,
– 83 observations d’omble de fontaine,
– 3 observations de saumon atlantique,
– 1 observation d’une espèce non identifiée.